Free

Allonnes (72), France đŸ‡«đŸ‡·

Au moment que je commence mon article, il est midi et je suis assis dans une brasserie au centre du Mans devant un petit thĂ© Ă  la menthe. J’ai une heure avant que le film que j’ai choisi d’aller voir commence. Je viens tout juste de poster “Pas de rĂ©sistance” et j’avais envie de partager avec vous quelques rĂ©flexions concernant ma libertĂ©. 🆓

Je sais dĂ©jĂ  que je vais l’écrire en plusieurs Ă©tapes et Ă  des endroits diffĂ©rents. La derniĂšre sera sĂ»rement demain matin au rĂ©veil. Une relecture finale avant la mise en ligne. Un sujet m’accompagne ainsi tout une journĂ©e et me permet vraiment d’approfondir, de clarifier et d’ordonner mes pensĂ©es
 et mĂȘme de le faire Ă©voluer. 📜

Le choix du sujet venait tout simplement parce que je viens de changer d’opĂ©rateur tĂ©lĂ©phonique. AprĂšs une vingtaine d’annĂ©es chez Bouygues je suis passĂ© chez Free. Le forfait chez le premier ne rĂ©pond plus Ă  la libertĂ© que je vis et dĂ©jĂ  le nom “Free” m’inspire et m’attire depuis longtemps. 😌

Et tout en m’occupant des formalitĂ©s, je perçois Ă  quel point une partie trĂšs particuliĂšre de moi demande encore Ă  ĂȘtre libĂ©rĂ©e. Pourtant, je SUIS libre. En tout cas, de l’extĂ©rieur je semble l’ĂȘtre. Je me rends compte que je n’acquiers pas la libertĂ© Ă  laquelle j’aspire d’un coup mais que ça vient Ă©tape par Ă©tape. Je le vois surtout quand je regarde en arriĂšre et que je fais une comparaison entre ce que je vis aujourd’hui et mon vĂ©cu au dĂ©but de mon itinĂ©rance. 😊

C’est comme si la Vie me guidait vers de plus en plus de libertĂ© en fonction de mes capacitĂ©s qui Ă©voluent avec le temps. Je constate dĂ©jĂ  qu’il y a plusieurs sortes de libertĂ© que j’ai acquis au fur et Ă  mesure. Je pense Ă  la libĂ©ration que j’ai vĂ©cu par rapport Ă  mes affaires, mes objets, mes souvenirs, mes photos. Puis, celle par rapport au petit appartement dont j’étais co-propriĂ©taire avec Patricia. Ensuite, il y avait la libĂ©ration concernant l’administration, les impĂŽts, les assurances, etc. Puis, celle de l’attachement aux gens, aux amis que je voyais au quotidien. Je vois aussi ma libĂ©ration progressive du besoin de me sentir en sĂ©curitĂ© et de savoir plus ou moins loin Ă  l’avance oĂč j’allais me trouver prochainement. 😅

Des libĂ©rations plus importantes sont venus un peu plus tard dans ce parcours, qui dure maintenant dĂ©jĂ  plus de 2 ans et demi. Je pense au besoin d’ĂȘtre systĂ©matiquement avec quelqu’un. Je me suis aussi libĂ©rĂ© de l’importance de l’opinion des gens. Je me sens libre aussi du besoin de travailler et d’ĂȘtre utile ou performant. J’ai mĂȘme l’impression que je me suis libĂ©rĂ© de mon besoin de vivre mon rĂȘve et d’avoir une famille Ă  moi. Ça semble du passĂ© tout ça. Il y a sĂ»rement encore d’autres domaines oĂč j’ai pu me dĂ©faire des liens emprisonnants. DĂ©jĂ  je trouve que ce n’est pas mal du tout. 😜

LĂ , oĂč je constate que je ne suis pas encore vraiment libre c’est face aux formalitĂ©s. Actuellement je reçois, par exemple, des appels de l’assurance maladie pour m’indiquer qu’il y a un problĂšme avec mon dossier. C’est normal, car je disparais doucement de l’écran radar de la sociĂ©tĂ©. Pourtant, ça me donne une sensation d’inconfort. Tout en devenant libre, une partie de moi souhaite rester tout Ă  fait « en rĂšgle ». Je n’ai rien Ă  cacher. Je veux juste que l’administration me laisse tranquille. Comme je pense que dans notre sociĂ©tĂ© ce n’est pas possible et qu’il faut que je sois “conforme” sinon, je suis dans illĂ©galitĂ©, j’ai un inconfort. La libertĂ© devrait ĂȘtre un statut lĂ©gal ! đŸ€š

Il y Ă  un autre endroit oĂč je perçois une manque de libertĂ© en moi. C’est toujours liĂ©s aux formalitĂ©s. Je peux faire toute une montagne Ă  partir d’un tout petit dĂ©tail qui reprĂ©sente souvent mĂȘme pas un vrai problĂšme. Avant-hier par exemple, quand j’ai souscrit mon abonnement chez Free par Internet, j’ai vu que ma ligne Bouygues allait ĂȘtre coupĂ© le 22 janvier. Un simple calcul me montrait que je ne pourrais pas rĂ©cupĂ©rer ma nouvelle carte SIM Ă  temps et que j’allais ĂȘtre sans tĂ©lĂ©phone au moins pendant une semaine. Au fond, oĂč est le problĂšme ??? Surtout que je n’ai plus rien qui urge vraiment !!! 😣

Ce n’est qu’un exemple
 et bien Ă©videmment, j’ai fini par trouver la solution, comme toujours. LĂ , il s’agissait d’aller tout simplement dans une boutique FREE ici au Mans et de payer un peu plus pour rĂ©cupĂ©rer une carte SIM dans une machine. Je viens de le faire. Mais dans le passĂ©, des petites choses comme ça pouvaient dĂ©jĂ  capter de maniĂšre dĂ©mesurĂ©e mon attention et ainsi me pourrir la vie. Je pense entre autres Ă  une carte sĂ©same qui ne marchait pas
 Une assurance injoignable quand j’en avais besoin
 Obtenir une visa pour mon passeport
 Un imposition des impĂŽts trop Ă©levé  Un procĂšs-verbal pour excĂšs de vitesse
 La date de la signature d’un acte de vente. C’était surtout quand c’était en relation avec l’autoritĂ© de notre sociĂ©tĂ©. đŸ˜€

La source de mon besoin de libertĂ© se trouve dans le fait qu’au fond je suis quelqu’un de trĂšs simple et que la sociĂ©tĂ© est devenue tout simplement trop compliquĂ©e pour moi. Je pense que mon Ă©tat « Indigo » y est pour quelque chose aussi. J’ai toujours du forcer pour ĂȘtre Ă  la hauteur. Avec le recul je me demande oĂč j’ai trouvĂ© la force pour rĂ©pondre au besoin des autres Ă  ce point. Je suis extrĂȘmement fier de moi d’avoir fini par rĂ©ussir Ă  mettre les choses davantage Ă  leur juste place dans ma vie. MĂȘme si je ne sais pas du tout oĂč ça va me mener. đŸ€Ș 

En tout cas, il semble que dans mon aspiration Ă  une libertĂ© totale, j’ai un mur Ă  franchir. En me relisant, je pense qu’il s’agit d’oser franchir la ligne de l’illĂ©galitĂ©. Oser ne pas ĂȘtre “en rĂšgle”
 Oser ne pas ĂȘtre « conforme » et ne plus rĂ©pondre aux interpellations d’une administration que je ne reconnais plus en tant que autorité  Oser participer Ă  la Vie Ă  ma maniĂšre
 Oser ĂȘtre mon propre souverain et m’assumer ainsi jusqu’au bout. đŸ€Ž  

J’avoue que ça ne me laisse pas froid. Je sens que je prends un risque. Il n’y a pas vraiment de place pour des personnes comme moi. Si je continu et que j’ose agrandir ma libertĂ©, je risque peut-ĂȘtre d’ĂȘtre recherchĂ©, de ne plus pouvoir utiliser mon passeport, et mĂȘme de finir en prison. 😿

Quand parfois j’en parle Ă  un ami, je rigole en disant que je ferais du tantra pour hommes, que je serais logĂ© et nourri… et que de tout façon je ferais une grĂšve de la faim
 juste pour m’amuser ! 😜     

Je vous souhaite une journĂ©e… libre !Â â€đŸ’›đŸ’šđŸ’™đŸ’œđŸ–€Â 

7 commentaires sur « Free »

  1. coucou trĂšs bon texte!La rĂ©flexion est trĂšs bien menĂ© !Parcontre reliser le paragraphe 4 il y Ă  une faute de frappe vous avez mit « je que compare »Donc pas trĂšs français xD . Sinon vraiment super!!

    Aimé par 1 personne

  2. eh oui parfois on s’Ă©tonne tout seul car on n’a rien vu arrivĂ© et que le bonheur Ă©tait lĂ  sous nos yeux,comme l’amour que je vis depuis quelques jours…je me sens aussi libĂ©rĂ©e d’une douleur suite au deuil,et il a fallu un homme sensible afin de me sortir de ma mĂ©lancolie…

    J'aime

  3. J’ai Ă©clatĂ© de rire Ă  la fin en te lisant ! Mais oĂč as-tu pris que la sociĂ©tĂ© allait supporter que tu lui Ă©chappes ? Tu es le grain de sable dont elle ne veut pas, mais alors pas du tout ! Imagine : si tu fais des Ă©mules, la machine se grippe vite fait bien fait. Donc, oui « free » mais pas vraiment en fait Ă  moins de disparaĂźtre vraiment dans la nature par exemple… Ermite ? Tu ne pourrais plus aller au cinĂ©ma ! Par contre, dans ta tĂȘte c’est de plus en plus vaste, illimitĂ© et au fond, n’est-ce-pas l’essen-ciel ? Bonne soirĂ©e MichaĂ«l ! Je t’embrasse

    Aimé par 1 personne

  4. Beaucoup de choses me parlent dans cet article.

    Pour ton appel de l’Assurance Maladie, j’ai tout de suite pensĂ© Ă  la CMU Ă  laquelle tu as probablement droit. Une assurance santĂ© gratuite. Je sais bien ce que tu en penses, mais il est possible que dans ton cas, cela devienne une « obligation lĂ©gale » en cas d’hospitalisation notamment.

    Je fais aussi beaucoup d’efforts ces derniers temps pour ĂȘtre Ă  la hauteur au boulot.
    Et je suis bien conscient d’en ĂȘtre de moins en moins capable.
    Il faut ĂȘtre Ă  sa place, aimer ce que l’on fait, pour ĂȘtre bon dans ce que l’on fait.
    Je l’ai longtemps Ă©tĂ©, mais je le suis de moins en moins.
    Pourtant je n’arrive pas Ă  lĂącher ce mĂ©tier de plus en plus compliquĂ© et auquel je suis de fait de moins en moins adaptĂ©.
    La raison ? La peur profonde que j’ai de manquer d’argent.
    Cette peur est semble-t-il mon plus gros obstacle vers la liberté.
    Peur de me retrouver Ă  la rue avec ma petite chienne, de ne plus pouvoir prendre soin d’elle ni de moi. Et ma Flamelle est un authentique ventre sur pattes. Le prana c’est pas son truc 🙂
    J’ai songĂ© durant des annĂ©es Ă  une reconversion professionnelle mais je n’en ai mĂȘme plus envie.
    Je me complais de plus en plus dans l’oisivetĂ©.
    Je pense souvent Ă  la blague de Coluche : « On dit qu’il y a 3 millions de demandeurs d’emploi; c’est pas vrai, de l’argent leur suffirait ! » 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s