Trop de savoir

Taillefer (09), France đŸ‡«đŸ‡·

Je suis trĂšs conscient que tout ce que je peux reprocher, juger ou simplement constater chez l’autre, m’appartient. Je ne me tromperai jamais sur vous
 me concernant. Je sais que je parle de moi quand je monte sur mes grands chevaux dans mes articles. C’est la seule et unique raison pour laquelle je me le permets, et que c’est facile pour moi, de parler de l’autre. D’ailleurs, souvent c’est mon seul moyen objectif de voir la rĂ©alitĂ© en face, me concernant. 😏

Je ne me tromperai jamais sur vous…

Depuis que j’accompagne, je constate que quasiment tout le monde se ment, et cela presque tout le temps. Certes, c’est vraiment involontaire et inconscient et je ne connais que trĂšs peu de personnes qui se voient telles qu’elles sont vraiment. C’est logique tout ça. Je ne connais rien de plus inconfortable que de voir la rĂ©alitĂ© me concernant en face. J’ai, moi-mĂȘme, quand j’étais plus jeune, appris comment occulter cette vĂ©ritĂ©. C’était d’ailleurs beaucoup plus amusant d’accuser les autres de tout et n’importe quoi. Avec le recul, ça me fait rire. đŸ€Ł

En ce moment, j’insiste lourdement, chez quelques personnes que j’accompagne, sur un aspect chez eux que je connais bien chez moi. Je l’ai dĂ©jĂ  constatĂ© dans le miroir auparavant et j’ai Ă©galement fait de grands efforts pour m’amĂ©liorer. J’ai l’impression que c’est quelque chose qui est trĂšs important pour moi actuellement. Il s’agit du… savoir.Â đŸ€“

Tout au dĂ©but de mon premier stage de Prana, il y a 4 ans, l’animateur Domenico Provenzano, m’avait dĂ©jĂ  dit : “LĂąche ton savoir !” Pourtant, je ne parlais presque pas Ă  ce moment-lĂ  et je n’avais vraiment pas l’impression d’étaler mes connaissances. Depuis ce jour, cette phrase a fait beaucoup de chemin dans ma tĂȘte et dans mon coeur. J’ai traversĂ© pas mal de phases diffĂ©rentes liĂ©es Ă  mon savoir et Ă  sa juste place. 🧐

LĂąche ton savoir

Aujourd’hui plus que jamais, je constate Ă  quel point le savoir prĂ©sent chez ceux qui me sollicitent Ă  nouveau, les empĂȘche d’apprendre et de vivre quoi que ce soit de profond. C’était dĂ©jĂ  le cas dans le passĂ©, mais Ă  l’époque je fonçais avec mon savoir comme un bulldozer sur le leur. C’était un vrai combat, de convaincre, avec mon savoir, que celui-ci m’avait conduit au bonheur, alors que le leur aurait vraiment besoin d’une rĂ©vision. đŸ€Ș

Le savoir
 C’est Ă©norme. Avec tout ce qu’on nous a inculquĂ©, ce que nous avons appris de notre plein grĂ©, ce que nous avons expĂ©rimentĂ© et ce qui s’est validĂ© avec le temps
 nous avons crĂ©Ă© un systĂšme de croyances qui devrait s’appeler plutĂŽt systĂšme de certitudes. Nous savons tout sur tout
 mĂȘme si nous ne savons pas. Essayez, demandez autour de vous ce que le gens pensent par exemple des Talibans. Quasiment tout le monde aura une opinion, un savoir, une certitude
 alors, que sans doute personne n’en a jamais rencontrĂ© un ! 😌

Faut savoir aussi, que beaucoup de vĂ©ritĂ©s se fabriquent. Pensez Ă  certains pays oĂč ils changent l’histoire en fonction de celui qui est au pouvoir. Puis, la plupart du temps, le savoir est purement thĂ©orique et avec le temps devient quelque chose de figĂ©. Et enfin, dans ce monde et notre Ă©poque, oĂč tout se passe dans la tĂȘte, le savoir a pris une place beaucoup trop importante. Des guerres entre pays, mais aussi entre villes ou familles se font juste Ă  cause d’un savoir ou d’une opinion diffĂ©rente. 😏

Et dans nos relations amicales et amoureuses c’est pareil. La plupart du temps il est plus important d’avoir raison que d’alimenter l’amitiĂ© ou l’amour. Qui a raison, qui a tort, qui s’est trompĂ©, qui n’a pas compris, qui est le coupable
 Le savoir, et la certitude qui en suit, n’est pour moi que source de discorde. Il fige et empĂȘche la lĂ©gĂšretĂ© dans la relation. 😍

C’est notre propre systĂšme Ă©ducatif qui nous impose de mettre celui qui sait le mieux ou celui qui sait le plus, sur le haut de l’échelle sociale, politique et mĂȘme spirituelle. MĂȘme nos maĂźtres spirituels occidentaux sont souvent des savants et non des pionniers ou des exemples Ă  suivre. Je trouve ça fou de voir comment chacun d’entre nous s’est appropriĂ© un savoir et des convictions qui viennent en majoritĂ© d’ailleurs et que nous dĂ©fendons becs et ongles
 souvent mĂȘme jusqu’Ă  ce que mort s’en suive. 😟  

Allons créer La Grande Famille

C’est avec ÇA que les gens viennent me voir
 des convictions. Ils sont tellement pleins, tellement bardĂ©s et armĂ©s de connaissances et d’idĂ©es, qui sont, en plus, tellement ancrĂ©es, qu’il ne reste souvent pas de place pour quoi que ce soit de frais, d’original, de diffĂ©rent
 de vivant. Un peu comme quelqu’un qui cherche une place dans un parking oĂč mĂȘme les places en double fil sont dĂ©jĂ  occupĂ©es et oĂč il est impossible de reculer car il y en a d’autres qui vous poussent au cul
 et ça bouchonne devant aussi, Ă  cause de ceux qui attendent qu’une place se libĂšre
 ce qui n’arrive jamais. Car en fait il ne s’agit pas vraiment d’un parking mais d’un cimetiĂšre de voitures. Comme un cerveau saturé de trop d’informations. 😉

Le savoir chez ceux qui me sollicitent peut avoir des effets limitatifs diffĂ©rents. Ça peut crĂ©er des rĂ©sistances
 de la condescendance
 de la superficialité  de la discorde
 de la vitesse inexploitable
 de l’hyperactivitĂ© verbale et j’en passe. En plus, il s’agit souvent de “savoir” comment “faire” ou comment “avoir”, mais quasiment jamais comment “ĂȘtre”
 ce qui, justement, est mon truc et qui se passe de savoir. C’est de l’ETRE et de ce qui est vivant Ă  l’intĂ©rieur de nous dont il s’agit principalement. Le savoir fige, alors que la VIE invite au mouvement. 😍 

Je ne sais pas vraiment comment m’y prendre. Le savoir est clairement inutile, mĂȘme le mien, quand l’autre se barricade inconsciemment derriĂšre le sien. Alors, je suis le mouvement, mon ressenti et mes intuitions. Parfois j’invite au silence, parfois Ă  la lenteur, parfois je fais rĂ©pĂ©ter
 souvent je joue et je laisse oeuvrer la vie par la suite. SpontanĂ©ment une sĂ©lection se fait. Ceux qui tiennent trop Ă  leur savoir finissent bien par partir. 😅

Ce que je peux apporter se trouve ailleurs. Certains le savent dĂ©jà
 mais ils sont peu nombreux. J’ai l’impression que je suis invitĂ© Ă  me passer de plus en plus de savoir, et Ă  rĂ©-instaurer une vie tribale ou familiale, lĂ  oĂč les choses se transmettent tout simplement en les vivant
 sans se prendre la tĂȘte. Ca se passe dĂ©jĂ  de plus en plus ici Ă  Taillefer avec ceux qui viennent nous voir. MĂȘme si ce n’est pas l’endroit oĂč La Grande Famille a officiellement Ă©lu domicile. 😌

Bon, je vais laisser descendre tout ça. C’est intense pour moi aussi. Il y a un beau soleil dehors, mais aprĂšs avoir prĂ©parĂ© du bois pour le chauffage, nourri les poneys et fait le mĂ©nage dans la salle, mon corps n’a plus trop envie de bouger. 😉   

Je vous souhaite une magnifique journĂ©e đŸŒžđŸ”„đŸŒžđŸ”„đŸŒžđŸ”„  

14 commentaires sur « Trop de savoir »

  1. Trop de savoir, je confirme 🙂

    J’ai possĂ©dĂ© jusqu’Ă  400 livres environ de religions, psychologie, occultisme, magie, etc.

    Il me reste aujourd’hui 6 livres, dont 3 devraient bientĂŽt disparaitre.

    Parmi les 3 restants, il y a une Bible.

    Je vais la garder, mĂȘme si je sais que certaines donnĂ©es importantes ont Ă©tĂ© supprimĂ©es, car j’ai rĂ©guliĂšrement des contenus bibliques qui surgissent lors de mes voyages avec les plantes.

    Et donc pour en revenir Ă  « trop de savoir », je pense naturellement Ă  Jean le Baptiste qui a Ă©tĂ© dĂ©capitĂ©.

    Symboliquement cela me fait Ă©videmment penser Ă  la nĂ©cessitĂ© de « couper la tĂȘte », laisser partir le savoir, pour accĂ©der Ă  un mode de perception tout autre, qu’on pourrait appeler perception directe ou connaissance « cardiaque ».

    Aimé par 1 personne

  2. Simple passagĂšre, en chemin aussi, je me permets cette remarque : le savoir est une richesse pour qui sait l’utiliser comme un courant Ă  suivre (un peu comme un petit jeu, mais sans rien retenir sur le passage). Cherche et tu trouveras.

    Non pas comme un outil, mais comme un moteur.

    Il y a des gens qui ont la tĂȘte Ă  l’envers. Les chakras couplĂ©s, ça dit quelque chose ? Si je ne le sais pas, je le ressens.

    Aimé par 1 personne

  3. « J’ai l’impression que je suis invitĂ© Ă  me passer de plus en plus de savoir, et Ă  rĂ©-instaurer une vie tribale ou familiale, lĂ  oĂč les choses se transmettent tout simplement en les vivant
 sans se prendre la tĂȘte. »

    Toujours autant de plaisir Ă  te lire, Michael, hĂąte de pouvoir partager quelques jours avec vous Ă  Taillefer. Ă  bientĂŽt.

    Aimé par 1 personne

  4. Yessss !

    Trop d’ intellect nuit Ă  l’ intellect (lu dans les enseignements bouddhistes)

    Apprendre pour désapprendre,
    Construire pour déconstruire,
    LĂącher le connu et s’ ouvrir Ă  l’ infini,
    Vivre une deuxiĂšme naissance.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s