Lé’ate lé’ate…

Modi’in, Israël 🇮🇱

J’ai l’impression d’être ici déjà depuis des semaines. Pourtant ça ne fait que 4 jours. J’ai investi ma chambre… fait mieux connaissance avec l’amie qui me reçoit chez elle avec son fils et ses chiens… rencontré des amis d’enfance… et participé déjà à 2 repas de shabbat.

Je sens que je retrouve mes marques et mon rythme. Ce n’est pas simple parce que l’israélien moyen est très rapide et actif. J’entends bien à quel point les gens ont dû lutter pour pouvoir s’installer ici. Si je faisais tout ce que je reçois comme conseils, je n’aurais plus le temps de dormir.  

C’est là où je mesure le travail que j’ai fait sur moi. Certes, je me laisse aller quand je sens que ma passion se réveille. Je fait juste attention de ne pas démarrer au quart de tour de manière inappropriée. Mais par ailleurs, je reste calme et je suis spectateur d’un spectacle où les enjeux semblent grands. 

Pour moi, tout ça reste un jeu, le jeu de la Vie. Le jeu où je fais confiance à la guidance qui vient par le miroir, les signes et par l’intérieur. Je ne rentrerai pas à nouveau dans le « rat-race » d’où j’ai eu déjà tant de mal à sortir. Courir après les possessions, le prestige ou d’autres valeurs superficielles ne fait plus partie de ma vie.  

Venir ici n’a pas changé ma quête. Je suis toujours en approche de ma Source, de ma Maison intérieure. Au fur et à mesure que j’avance, mes ailes se déploient et mon plein potentiel se manifeste. Je me rends compte que je n’ai pas vraiment à être vigilant. Toutes ces années où je me suis progressivement transformé ont porté leurs fruits. Je sais Qui je suis et Où je vais…  

Je vais donc lentement, lé’at lé’at, comme ils disent ici. Lentement, pour ne pas me laisser happer et pour permettre à ma conscience de rester au gouvernail. Je sens aussi qu’il est important de rester souple et de ne pas chercher à m’accrocher à quoi que ce soit. Je me laisse guider par les invitations, les rendez-vous, les impératifs administratifs, les propositions… et bien évidemment les rythmes de mon corps, du soleil, de la température… et du pays. 

Aujourd’hui, le shabbat, la plupart des commerces sont fermés et relativement peu de voitures roulent. C’est une journée de repos un peu plus engagée qu’en Europe. Certes, les gens sortent et se promènent ici aussi, mais comme presque tout le pays est en suspend, les activités me semblent plus familiales et entre amis.

La température monte dans la journée en ce moment jusqu’à 24 degrés et tout à l’heure je me suis promené en t-shirt. J’ai quitté un début d’hiver pour arriver à un fin d’été. C’est agréable… Tout m’est familier ici, le climat, les odeurs, les sons, les gens et la culture. Même si je n’ai pas l’impression d’être animé par les mêmes enjeux que mes frères et soeurs ici, je me sens chez moi.

Demain, dimanche, je vais commencé les formalités. D’abord, j’irai à Jérusalem avec John pour avoir un forfait téléphonique. J’ai déjà résilié mon contrat SFR qui s’arrêtera le jour de mon anniversaire. Ensuite, vers 14 heures, nous avons rendez-vous avec « Sarah » à la mairie de Modi’in pour me déclarer officiellement « Oleh Chaddash », nouvel immigrant. En réalité, je suis un « Katine Chozer », un enfant qui retourne au pays. J’aime cette aventure où je découvre progressivement le contenu de ce conte de fée qu’est ma neuvième vie.  

∞💜∞  

12 commentaires sur « Lé’ate lé’ate… »

  1. Sympa les photos !
    Celle de ton article, et celles de ton environnement.

    On dirait que le lapin dit au petit garçon : « Allez, dépêche-toi, il est l’heure ! »
    L’heure de faire un tour de l’autre côté du voile avec nos amis les champignons.
    J’y vois l’invitation à une double vie.
    Une vie faite de voyages de l’autre côté pour découvrir d’autres réalités.
    Et une vie faite d’incarnation dans le quotidien terrestre, de participation au jeu de la vie.

    Aimé par 1 personne

      1. En fait c’est clairement de moi que je parle, pas de toi, du moins pas directement comme tu le sais 🙂
        J’ai notamment voyagé dans la nuit de mercredi à jeudi ; un truc d’un autre monde, c’est le cas de le dire.
        Mais je te sais parfaitement capable de prendre dans mes propos les projections qui te parlent.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s