Ma quête

Modi’in, Israël 🇮🇱 

L’humain endormi est prisonnier de l’illusion et chasse des chimères toute la journée. Il recommence cela jour après jour jusqu’au moment où il a l’opportunité et qu’il décide de se réveiller. En attendant, soumis à son ego à la conscience limitée, il court pour sa survie ou pour son confort après l’argent, le prestige, le pouvoir, la domination, la renommée, les possessions, le sexe, et j’en oublie… pour indubitablement mourir comme il a vécu… endormi.

L’humain réveillé est conscient et sait que la Vie est plus grande que ses perceptions. Il court toujours, mais consacre une partie de son temps à cette « Chose-Aux-Noms-Multiples » qui est plus grande que lui. Il court doublement, car tout en étant encore prisonnier de l’illusion, il sait que cette « Chose-Aux-Noms-Multiples » l’appelle aussi. N’ayant pas vécu l’enseignement nécessaire, il participe aux mouvements inventés par ses semblables pour trouver « Cette Chose ». S’il a bien avancé sur ce chemin, il est même possible qu’il invente lui-même une technique ou un mouvement centré sur les besoins de l’ego limité. Pour vendre ce qu’il a trouvé, il passe beaucoup de temps à faire semblant sans s’en rendre compte.

L’humain éveillé est conscient d’être conscient. Il a compris que tout ce que nous vivons n’est qu’un jeu nous permettant d’aller de notre état endormi vers notre réalisation, de la dualité vers l’unité ou de la peur vers l’Amour. Il fait son chemin consciemment et se débat les yeux ouverts, entre ses réflexes conditionnés induits par son éducation d’endormi et sa conscience qui sait exactement où se trouve « La Chose ». Il tangue entre la quête entreprise par son ego assagi et l’évidence que sa conscience lui insuffle, la « non-quête ». Au fur et à mesure qu’il avance sur son chemin, il a de moins en moins à vendre, ses réflexes diminuent et la paix s’installe.

L’humain réalisé est conscient d’être conscient… et conscient de cela. Son ego est au diapason de l’Etre. Il a terminé le chemin où il a systématiquement affronté ses peurs. Il a constaté par l’expérience que cela l’emmenait de plus en plus profondément en lui-même. Il a réussi à mettre en pratique ce que sa conscience a compris quand il s’est éveillé. La peur que l’illusion a pu induire a entièrement fait place pour la paix qui vient avec la certitude que tout n’est qu’une construction de l’esprit. Sa quête a fini par disparaitre et il vit comme une Divinité sur terre avec ses ailes puissantes déployées. 

Je prétends être dans le troisième cas de figure, avançant de manière consciente progressivement vers ma réalisation. Celui qui sait lire dans le subtil, verra comme moi que tout autour de moi me le montre. Si je doute encore, c’est simplement parce qu’une partie de moi n’arrive malgré tout pas à croire que c’est ce petit moi qui s’appelle Michael, qui vit cette grâce de se mouvoir sur « le chemin le moins fréquenté ». 

Mes cartes du matin sont très claires aussi. Je n’y suis pas encore. Certes, dans le jeu j’ai avancé de quelques places et je me trouve bel et bien dans la case « De retour en Israël ». Toutefois, quelque chose en moi doit avoir l’impression d’être arrivé à destination, car les cartes me disent de me lever et de continuer ma quête en cherchant au bon endroit.

Le miroir me montre, plus encore qu’en France ou en Hollande, à quel point je peux me laisser happer par la peur environnante de ne pas réussir à m’installer ici. Avant de venir, j’avais bien réussi à vivre un état de non-quête dans mon quotidien. Sans chercher quoi que ce soit, la Vie venait me chercher et les choses avançaient quasiment d’elles-mêmes. Ici, dans ce pays bruyant, c’est un peu plus difficile. Je le vois, car je fais plus d’effort que d’habitude.  

Je pense que je dois à nouveau laisser tomber toute forme de quête et me laisser porter, comme avant, au gré des signes, des évidences et de ce qui émerge de mes profondeurs. C’est logique, car une quête peut très bien fonctionner comme des œillères. Quand l’ego veut quelque chose de précis, il peut très bien occulter les murmures guidants de la Vie-même. Alors, je fais à nouveau un reset : je ne veux rien, je ne sais pas où je vais aller, avec qui je vais être, ni comment ma vie sera… Je fais place à la simplicité et à l’innocence. Que Sa volonté soit faite ! 

∞💜∞

4 commentaires sur « Ma quête »

  1. oh en diapason avec toi, avec les vents forts de France, je me laisse porter flotter je ne sias trop ou je vais mais ce que je sais c’est que pour un instant je flotte je vole je m’envole et je suis bien
    c’est ce que je te souhaite de tout coeur
    namasté
    et pour conclure voici une lettre que j’ai écrite comme cela en me laissant porter par les mots je te l’offre en PRESENT c’est la période alors j’ose :

    Lettre sur musique des mots ….

    Bonjour à Toi,

    Aujourd’hui points de partitions, de proses je laisse mon écrit libre de tout vers, comme me l’ a conseillée une amie, merci Annie !
    Je vous écris donc une lettre, avec en musique de fond, les sons de mots doux formant un Texte

    Pour y Mettre de l’amitié, de l’amour inconditionnel. En ces périodes, où l’on ressent peut-être une mélancolie, de l’ énervement ; de la colère peut nousToucher aussi.
    Tout cela a un Sens, car ravive en nous d’Inoubliables souvenirs :

    ***** Des chocolats chauds,
    ***** Des oranges,
    ***** Des sourires partagés,
    ***** Des Vibrations ressenties,
    au plus profond de notre cœur ravivant certaines blessures qui perdurent.
    Regarde aujourd’hui, tu es Transformé(e) ; tu as changé(e), tu deviens une Somptueuse personne.
    Une personne qui sait s’ Entouré(e), tu déranges, tant mieux !!
    C’est que tu avances, comme me le répète souvent, un être précieux !! merci Joël ! au passage merci aussi a toi Michaël, trop cool vos deux prénoms rime est ce un signe de la vie oh c’est de la magie milles mercis !!

    Tu peux tu dois t’aimer et cela sans Finalité en cet fin décembre, je te dis par cette phrase, piquée sur site de J. : un sage indien (Inde) qui disait :

    « Aimez-vous aimez-vous aimez-vous et si vous ne vous aimez pas bah ! Aimez vous de ne pas vous aimez. »

    .

    Aimé par 2 personnes

  2. Oui.
    Tout est bien.
    Ainsi soit-il.
    Vraiment le vivre, au moins aujourd’hui, alors que ce que je « voulais », n’y est pas.
    Comme une Grâce de m’en sentir « bien » car cela ne m’a pas détourné de mon « Coeur ». Même le contraire : m’y retrouver davantage.
    Merci de continuer à nous partager ce que tu vis : souvent cela me fait « du bien » de te lire!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s