Rak rega

Modi’in, Israël 🇮🇱

J’ai l’habitude maintenant. D’une manière naturelle, le samedi est devenu mon dimanche d’avant, puis le dimanche le début de ma semaine. D’ailleurs, les jours de la semaine se nomment ici tout simplement première journée (jom rishon), puis ainsi de suite, jusqu’au sixième journée (jom shishi).

Alors, après une agréable grasse matinée, je me suis installé dans le parc devant l’appartement pour revoir un bout du film « Stalingrad ». Alors, que je rêvassais un petit moment, regardant des enfants jouer sur les installations mises à leur disposition, j’ai réalisé à nouveau à quel point l’odeur du pays m’est familière.

Chaque pays a son odeur. Ça vient certainement du mélange de chaleur, d’humidité et de la variation de flore. C’est d’ailleurs quand je me trouve prêt des plantations que quelque chose en moi reconnaît cette odeur de la maison. Certes, l’odeur de certains endroits à Tel Aviv peuvent me faire le même effet. Il s’agit d’endroits que j’ai connus quand j’étais tout petit. Ça me donne un peu l’impression de boire au biberon. 

IMG_6219

Il y a plein de choses que je ne vois qu’ici. Je pense par exemple à toutes les délicatesses comestibles, à ce mélange de modernisme et de bordel, au caractère bien trempé des Israéliens, à la circulation chaotique, à l’état de vigilance militaire permanente, au niveau cosmopolite énorme, à la solidarité entre juifs malgré tout…

Je pense également à quelque chose de tout petit, presque anodin, mais qu’un oeil entrainé percevrai à tout coin de rue ici. Il y a ce geste de la main typique pour Israël. Tellement typique qu’ils en ont même fait un émoji (smiley) récemment. Ce geste peut dire plein de choses en fonction de la manière dont il est utilisé. 

452960

En cherchant sur Internet quelque chose pour illustrer l’explication verbale du geste, j’ai trouvé aussi les mots qui le traduisent plus exactement. Il s’agit de »Yalla », ce qui veut TOUT dire, de « Nou », qui veut dire quelque chose comme « euhhh », de « savlanouth », qui veut dire « patience » ou encore de « rak rega »… où « rak » veut dire « seulement » et « rega », « un instant ». Le geste se fait en basculant le poignet, en montant et descendant la main avec les doigts joints.

Ensuite, en fonction de la vitesse, de la force, de l’insistance, de l’attitude et de la mimique de la personne, ça peut vouloir dire : « alors ? », « attends un moment », « calme toi », « ne t’énerve pas », dépêche-toi », « qu’est-ce que tu attends », « que veux-tu », « laisse-moi tranquille », « casse-toi », « allons-y », « je le sais », « arrête », « écoute », « ça suffit »… et j’en oublie. C’est pratique non ? Un seul geste pour tout dire ? Pour l’instant, je ne l’utilise pas encore, mais je sens que ça ne va pas tarder et que je vais l’adopter bientôt. 

Donc, j’entends la Vie me dire : « Bon Michael, patience… continue tranquillement tes cours de perfectionnement d’accueil… prends ton temps pour apprendre ta langue… occupe toi de ton changement intérieur… et laisse moi m’occuper du reste ! » Et ça a son sens. Je sais que je n’ai rien à forcer dans ma vie et que mon extérieur reflète fidèlement où j’en suis intérieurement.

Si quelque chose ne me convient pas dans ce que je vis, je n’ai qu’à regarder dans le miroir et utiliser le regard critique que je peux avoir sur les autres pour savoir où je dois changer en moi. Ce n’est jamais moi qui change mes situations par ma volonté personnelle. Je ne quitte pas mes compagnes, ni mes habitations, habitudes, métiers ou amis. Si je pose des actes dans ce sens, c’est le miroir et les signes qui m’ont indiqué la direction à prendre… 

IMG_6218

Je sais que quand mon travail intérieur est fait, ma situation extérieure change toute seule. Le miroir, la projection s’adapte automatiquement à la réalité de sa source, c’est-à-dire moi. Une compagne qui part, des amis-patients qui cessent l’accompagnement, d’autres qui arrivent, une proposition que je reçois, une voie de passage que je découvre, une attirance indéniable vers une personne ou une situation, etc…

Je fais mon boulot là où je suis, toujours. Aujourd’hui je suis un Doorman sage… et déjà ça semble porter ses fruits. D’une part, mon chef a changé à mon avantage mes horaires pour demain, mon hôtesse a exprimé son envie de conjuguer nos talents et de mettre quelque chose en place au niveau accompagnement, puis, tout à l’heure mon oeil est tombé sur cette petite pile de livres…

IMG_6220

C’est rigolo de lire la vie ainsi, non ? Pour moi, le premier livre est carrément en français et me montre que ma tristesse basculera, que mes prières seront entendues (deuxième livre) et que ma vie sera à nouveau pleine de sens (troisième livre)… quand je ferai mon « come back » ! Ça ne m’étonne pas vraiment, car même si je m’amuse bien devant la porte de l’hôtel, quelque chose en moi sait très bien que j’ai des aptitudes multiples qui ne demandent qu’à être exploitées… et que je serai toujours partant pour m’approcher un peu plus de mon rêve.

Alors, j’ai dit OUI à Rosa. Je lui ai dit que même si je ne me sens pas vraiment dans l’énergie de mettre en mouvement quoi que ce soit, je suivrai son élan à elle. Je suis déjà heureux avec ce que je suis et avec ce que j’ai. Je me sens béni des dieux et des déesses avec l’aventure Ulysséenne extraordinaire que je vis depuis 63 ans. Alors, en attendant la suite de mon épopée, je ferai mes courbettes avec encore plus de plaisir. 

PS : La raison pourquoi j’ai choisi l’image avec les chiens pour illustrer mon article c’est parce que je me sens comme eux. Je ne prends plus rien au sérieux. Tout n’est qu’un énorme jeu… Alors, jouons et profitons du tour du carrousel qu’est la vie!

∞💜∞

Une des chansons en yiddish le plus célèbre…

4 commentaires sur « Rak rega »

  1. Un chien ne triche pas, il est entier, contrairement aux humains.
    Il vit pleinement sa nature.
    J’ai emmené ma petite Flamelle avec moi au resto ce midi 🙂
    Dans le fourgon elle m’a fait la fête, elle était contente.
    Elle ne savait pas où on allait, elle savait juste que je l’emmenai avec moi…
    Pour un chien l’important n’est pas de savoir où il va, mais avec qui.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s